Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

#roman
posté le 30-04-2019 à 00:09:00

Pour connaître mon nouveau roman

Bonjour, les filles.Salut, les gars.

Emporté par l'enthousiasme du proche moment à venir, je suis en train de préparer un blogue de promotion pour mon roman Un été 1946 inoubliable àMontréal.

 


 
 
posté le 23-04-2019 à 13:47:24

Histoire d'une page couverture

Voici à quoi ressemblera mon douzième roman, à paraître en mai. Voir une page couverture pour la première fois, c'est un beau sentiment, car mon texte se donne une image.

Habituellement, les auteurs sont consultés. On nous demande des suggestions. Pour les bouquins chez mon premier éditeur (1998 à 2003), je trouvais les photos anciennes de Trois-Rivières et le graphiste s'occupait du reste. Pour les romans suivants, je n'ai eu aucun mot à dire. Chez Marcel Broquet, on considère mes suggestions.

 


 
 
posté le 13-03-2019 à 00:01:59

Encore de choses et d'autres

ROMAN : Je viens de signer mon contrat pour le prochain roman, confirmant que ce sera bel et bien Lesenfants, Rachel et Jackie Robinson. En même temps, il y a d'autres documents à faire parvenir, comme preuve de citoyenneté canadienne, que j'habite le pays, des trucs du genre. On s'y habitue.

TÉLÉPHONE : En ce mardi 12 mars, j'ai reçu mon premier coup de téléphone de l'année 2019. Je veux dire... coup de fil d'une personne désirant me parler, et non pas ces fichus robots américains et de la sollicitation. D'ailleurs, il y en a tant que je ne reponds plus. Je décroche le récepteur et ils parlent dans le vide. Si c'est une vraie personne - comme en ce mardi - elle fait 'Allô? Allô?' alors je réponds.

 


 
 
posté le 09-03-2019 à 00:53:47

Mario B et le distributeur

Depuis une dizaine de jours, il m'arrive des trucs rares. Il ne s'est pas passé une journée sans recevoir des courriels de mon éditeur, plus que souvent pour m'annoncer des choses différents de la veille et qui concernent le distributeur.

J'avoue ne pas avoir eu de relations avec ces gens. Sauf que je crois que ce qui m'arrive prend sa source avec un fait vécu au salon du livre de Trois-Rivières, de 2016.

 


 
 
posté le 24-02-2019 à 00:22:20

De choses et d'autres

ROMAN : Il semble bien que je vais atteindre la douzaine dans la sphère de mes romans publiés. Après des échanges en zig-zag, mon éditeur 2015-16 a décidé d'y aller pour un troisième Mario B pour sa maison. Cependant, avec cet homme, il y a toujours des revirements de situation. Le texte choisi est Grand-Regard et la Lumière, dont je vous ai souvent parlé. Attendons que la nouvelle soit officialisée avant de présenter les détails.

GRIPPE : Depuis une dizaine, j'ai la grippe. Cela arrive une fois par hiver. Dans mon cas, c'est souvent violent et dure longtemps. Mouche! Éternue! Crache! Mal de tête! Perte de sommeil, d'appétit! À propos, saviez-vous qu'au Québec, les hystériques hygiéniques du gouvernement ont orné les toilettes publiques d'un texte (avec illustrations) pour nous expliquer comment éternuer ? Aussi : comment se laver les mains ? Paternalistes stupides ! Écoutez le fichier audio : Christine Tassan et les Imposteures vont vous expliquer ce qu'est la grippe.

 


 
 
posté le 08-09-2018 à 23:40:35

Oreilles de chat

Tout le monde sait qu'une personne handicapée compense la perte d'un sens, totale ou partielle, par un sens davantage aiguisé. C'est mon cas. J'entends des choses que d'autres ne perçoivent pas et ces sons demeurent dans ma mémoire. J'ai des oreilles de chat.

Il y a quelques semaines, un homme de mon âge me parlait et je l'écoutais, persuadé que cette voix m'était familière. Je ne pouvais pas reconnaître son visage, son physique, mais sa voix, oui! Quand il s'est nommé, j'ai fait "Ah oui!" Lui : "Tu ne m'avais pas reconnu?" Moi : "Ta voix seulement."

 


 
 
posté le 04-09-2018 à 00:34:29

Lecture : Louis Caron

Je lis rarement des romans, car j'en ai peu trouvé qui me donnent satisfaction. Cela devrait vous étonner, de la part d'un gars qui a vu onze de ses romans publiés? Pas du tout : si j'étais pianiste, j'écouterais essentiellement des disques de guitare. De plus, c'est qu'habitué à la correction de mes propres textes et des bonnes leçons reçues des correctrices engagées par les éditeurs, j'ai tendance à chercher la bête noire dans les romans d'autrui. Dans le cas de Louis Caron, j'ai vu un zoo de bestioles.

J'ai trouvé ce roman dans une petite maison de dons de livres et comme ce Louis est un homme aimable de ma région, j'ai pensé que je devais lire cet Emmitouflé, un classique, dit-on. Type de livre à qui l'on a donné des prix. À l'origine de 1977, j'ai mis la main sur une réédition de 1991.

 


 
 
posté le 30-05-2018 à 23:56:35

Centre-ville

Mercredi après-midi, au parc, j'écrivais des bouts de roman, quand a surgi de mon stylo un passage que j'ai trouvé très bien. Alors, j'ai arrêté, regardé, me posant la question : est-ce moi qui ai écrit ça ? Voici :

Un centre-ville, c'est la jeunesse de tout le monde, le hâvre des sourires. des éclats de rire, du rêve, et même des coups de foudre menant vers l'union et l'apparition d'enfants et d'adolescents se pressant vers le même centre-ville pour trouver l'amour, rêver. éclater de rire et tant sourire. Alors, la jeunesse demeure dans les coeurs, en descendant d'un autobus. Betty, comme beaucoup de gens de son âge, regarde l'invisible, comme ce local abritant une animalerie et qui, lors de ses vingt ans, était le royaume d'une chapelière distinguée présentant en vitrine les plus extraordinaires couvre-chefs. Quand elle regarde un chien, la femme est peut-être la seule à voir un chapeau. C'est la magie intemporelle d'un centre-ville.

 


 
 
posté le 19-04-2018 à 13:22:01

Chercher un éditeur

Je cherche un éditeur pour un de mes manuscrits. Je sais que l'an dernier, après la mésaventure avec Éditeur No 4, j'avais promis qu'on ne m'y reprendrait plus. Mais c'était déjà la troisième fois que je faisais ce serment. Des quatre fois, seule la première a été facile. Le reste, c'est beacoup d'argent dépensé pour rien et certaines frustrations, connaissant la méthode du "comité de lecture", c'est à dire la secrétaire et la belle-mère du patron.

Les petits secrets de la chose, ce sont toujours les mêmes et ils m'ont été évoqués quatre fois. Je vous cite l'exemple d'Éditeur No 1. Il recevait autour de 200 manuscrits par année, alors que son budget lui permettait de commercialiser 20 livres. De cette vingtaine, il y avait les auteurs maison enracinés. Baissons donc le chiffre à 10 possibles nouvelles figures, c'est à dire que 190 candidats recevaient la lettre de refus, toujours la même, mais en remplaçant le titre du texte et le nom de l'auteur. Ne contient que des généralités clichés. Une fois, une seule, un éditeur avait dit pourquoi il refusait mon roman, avec exemples à l'appui.

 


 
 
posté le 25-11-2017 à 02:33:25

Mon extraterrestre

Je viens de terminer la seconde relecture et les corrections de mon roman Grand-Regard et la lumière. Il en faudra une troisième. Laissez-moi le plaisir de vous présenter mon extraterrestre. Il n'est pas laid ni difforme. n'est point vindicatif et n'arrive pas en soucoupe-volante. Il a même un grand défaut jamais associé aux ET : il est peureux.

 


 
 
Chargement des articles suivants..