Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

posté le 14-08-2017 à 23:46:47

Je ne suis pas seul

J'ai découvert, par hasard, le site d'une association québécoise contre le bruit. Curieux, j'ai passé près de trente minutes à regarder tout ça, à lire en diagonale, et, à ma grande surprise, les textes et opinions répondaient à mes propres perceptions.

D'abord, les bruits excessifs sont propres à l'été. Voici quel pourrait être le classement des plus insupportables :

 


 
 
posté le 13-08-2017 à 01:24:47

Richard Baillargeon : un historien de la musique

À toutes les deux ou trois années, je relis au complet les Rendez-Vous et les revues Yé-Yé, publiées par Richard Baillargeon pendant presque vingt ans. Je ne m'en lasse pas! C'est passionnant et important. C'est aussi un travail pionnier de l'histoire de la musique populaire du Québec.

Au début des années 1980, Richard Baillargeon trouvait incongru qu'on puisse connaître quoi que ce soit des musiciens américains et français des années 1960, alors que les 'histoires officielles' passaient sous silence ce moment de notre saga musicale, ou la traitant en résumé et avec un certain snobisme, un mépris.

 


 
 
posté le 08-08-2017 à 16:23:33

Jeunes filles à marier

J'ai trouvé ce livre dans une boutique d'usagés, il y a quelques années. Un produit belge, de 1963, écrit par Pierre Dufoyer, nom qui sent le pseudonyme des kilomètres à la ronde. En réalité, c'était sans doute un collectif de penseurs catholiques, désireux de voir les jeunes filles contracter de sains mariages. Un guide, un livre de conseils. Il va de soi que le contenu est particulièrement conservateur de droite. Je crois même qu'il l'était en 1963 et qu'une demoiselle suivant à la lettre tout ce qui est raconté était certaine de demeurer célibataire. Par exemple : pour rencontrer des futurs maris, évitez les salles de danse et les cinémas. Ne jamais songer une seule seconde à épouser un non-croyant, et, bien sûr, les vêtements à la mode et le maquillage n'étaient pas conseillés.

Le sous-titre, Livre de la jeune fille de 17 à 20 ans, représentait le temps idéal pour songer au mariage, c'est à dire la fin des études et le moment butoir de la vingtaine. La seule destinée : le mariage. Notez bien qu'on ne prenait pas les filles pour des idiotes, car une bonne instruction devenait impérative pour l'harmonie du foyer et pour le bien-être des enfants, nombreux, si possible.

 


 
 
posté le 02-08-2017 à 19:55:55

La fierté d'être maman

Dans un de mes romans, une nouvelle maman se sent nerveuse à l'idée de sortir pour la première fois avec son bébé. Nous sommes en hiver et le nouveau-né est recouvert de tissus. En réalité, son désir de sortir est motivé par celui d'être remarquée, de voir d'autres femmes se pencher vers le landau pour regarder, se faire poser des questions, etc.

Je viens de vivre la même chose, à une dizaine de jours d'intervales. Au Dollarama, une jeune maman transportait un bébé vraiment petit dans un véhicule minuscule et je dois avouer que c'est ce dernier qui a attiré  mon attention, car il ressemblait à un jouet. Mais la femme eut vite fait de me dire l'âge du poupon (sept mois), de me raconter que c'est son premier et qu'elle a à la maison un landau plus imposant. Ah, ne pas oublier de me dire le nom du chéri et de le couronner roi des areu areu.