Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

posté le 01-07-2018 à 00:39:40

Pause estivale

Le présent blogue, ainsi que celui sur la musique et les photos anciennes, sera fermé pour le reste de l'été. Il y a peu de visiteurs au cours de cette "saison" et votre humble serviteur se sent las de tout ça, d'autant plus que c'est difficile d'avoir des idées lors de canicules et dans le vacarme estival. En principe, je reprendrai du service lors du retour des belles températures de septembre ou octobre. Cependant, je vais garder actif le site sur mes romans.
 


 
 
posté le 23-06-2018 à 01:36:11

Petite enfance

Photo familiale : moi-même dans ma limousine, avec mes serviteurs. De gauche à droite : mes soeurs Lise et Mireille, mon frère Daniel. Voici des étapes de ma petite enfance.

 


 
 
posté le 15-06-2018 à 16:24:07

Douze pochettes de disques de jadis

Les enfants doivent s'initier à la musique et... p'tit gars! Ne mets pas tes doigts sur les disques! Garnement...

 


 
 
posté le 12-06-2018 à 23:07:48

Québécisme : Drave et draveurs

J'ai déjà parlé de ceci, mais il y a longtemps et comme personne ne regarde les articles de jadis (sauf John Marcel), j'y reviens.

Les draveurs sont disparus, avec leur métier. Sauf qu'ils sont entrés dans la légende et on les voit évoqués dans des romans d'époque, peut-être des films, sans oublier ces hommes rudes qui racontent via des spectacles, où ils imitent les faits et gestes de ces héros de l'histoire du Québec.

 


 
 
posté le 10-06-2018 à 16:18:46

Ma plus récente bonne action

En 1968, jeune adolescent, j'ai entrepris des études dites classiques au Séminaire Saint-Joseph, de Trois-Rivières. Profondément détesté chacune des minutes de mes trois années en ce lieu. Le seul bon souvenir que je garde est la présence d'un jeune prof de français, du nom d'Ernest Lovinsky, originaire d'Haiti. Monsieur Lovinsky avait eu entre les mains ma première création littéraire, un texte d'une douzaine de pages, alors qu'il avait réclamé une compo d'une page. J'avais donc récolté d'une mauvaise note, mais sans verser de larmes, car l'homme m'avait félicité pour mon imagination.

Je croise souvent monsieur Ernest, car il habite le même quartier que moi. On se salue, mais rien de plus. Le voyant sur un banc du boulevard, en ce dimanche après-midi, j'ai décidé de faire un pas davantage substantiel. Je lui ai tendu la main et l'ai remercié. Il s'est demandé pourquoi. "Pour l'enseignement du français." Alors, il a bondi, très souriant, visiblement flatté par cette surprise. "Un garçon de 14 ans ne remercie pas un prof. Un homme de plus de 60 ans peut se le permettre. Il n'est jamais trop tard." Je crois que je l'ai comblé, avec ce geste et ces paroles. Quel sourire généreux!

 


 
 
posté le 10-06-2018 à 01:52:04

Vieux Trois-Rivières

À peu près tout ce qu'il reste de la ville des 18e et 19e siècles, car en juin 1908, les maisons anciennes sont disparues dans l'immense incendie qui avait détruit la plus grande partie de l'urbs. Seul ce secteur a été épargné, avec quelques maisons du 18e, puis le couvent des ursulines (Notez le cadran solaire). La rue porte d'ailleurs le nom de rue des Ursulines, alors qu'au 19e siècle, c'était la Notre-Dame. C'est un coin paisible, même s'il est situé près du centre-ville. Les touristes sont souvent dirigés vers ce lieu. Idéal pour les clics photographiques !
 


 
 
posté le 03-06-2018 à 00:36:44

La machine à remonter le temps

Me voilà à bord de la prodigieuse machine à remonter le temps. Première destination :

AVRIL 1977 : Je me balade rue des Forges et regarde les portes des commerces, sans signes d'interdictions. En fin de soirée, je rejoins Gilles et Ti-Chris au Rio pour vider les bouteilles de bière et remplir les cendriers, au son de Led Zeppelin, Offenbach, Deep Purple et Pink Floyd. Ensuite...

 


 
 
posté le 30-05-2018 à 23:56:35

Centre-ville

Mercredi après-midi, au parc, j'écrivais des bouts de roman, quand a surgi de mon stylo un passage que j'ai trouvé très bien. Alors, j'ai arrêté, regardé, me posant la question : est-ce moi qui ai écrit ça ? Voici :

Un centre-ville, c'est la jeunesse de tout le monde, le hâvre des sourires. des éclats de rire, du rêve, et même des coups de foudre menant vers l'union et l'apparition d'enfants et d'adolescents se pressant vers le même centre-ville pour trouver l'amour, rêver. éclater de rire et tant sourire. Alors, la jeunesse demeure dans les coeurs, en descendant d'un autobus. Betty, comme beaucoup de gens de son âge, regarde l'invisible, comme ce local abritant une animalerie et qui, lors de ses vingt ans, était le royaume d'une chapelière distinguée présentant en vitrine les plus extraordinaires couvre-chefs. Quand elle regarde un chien, la femme est peut-être la seule à voir un chapeau. C'est la magie intemporelle d'un centre-ville.

 


 
 
posté le 24-05-2018 à 00:35:42

Les petites filles

En ce mercredi soir, je me suis rendu au baseball pour la première fois cette année. À mon arrivée, j'ai eu la surprise de voir deux équipes de fillettes à l'oeuvre. Leur calendrier ne débutant que la semaine prochaine, j'ai alors pensé qu'il s'agissait d'une partie préparatoire. La première chose que j'ai notée est un instructeur enseignant à une petite la bonne façon de tenir son bâton et de placer les pieds. Elle écoutait sagement et c'était une jolie scène à voir.

Elles ont sans doute neuf ou dix ans, puis jouent selon une méthode d'apprentissage, avec des règles différentes. Il n'y a pas de lanceur, mais une machine, assurant que les balles projetées le seront toujours à la même vitesse et au même endroit. Ceci n'empêche cependant pas que, comme les garçons du même âge, elles s'élancent sur tout ce qui bouge. Aussi, les balles frappées deviennent toujours une erreur en défensive, bien que je me suis rendu compte qu'elles comprennaient ce qu'elles devaient faire.

 


 
 
posté le 22-05-2018 à 12:21:58

Québécisme : Bleuet

Je vais régler le cas des bleuets, car en France, ce mot représente une plante (ou une fleur?) alors qu'au Québec. c'est un petit fruit délicieux, que les Français nomment Myrtille. Je n'ai jamais entendu, lu ou croisé Myrtllle chez moi. On voit aussi le mot sur les produits dérivés du fruit, comme dans le cas de ce pot de confiture illustré. Le mot bleuet découle sans doute de l'anglais Blueberry.

Au Québec, on adore les bleuets, à toutes les sauces. Les recettes les mettant en vedette sont nombreuses, avec en tête les tartes et la confiture.