Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

posté le 02-07-2019 à 19:38:20

Et voilà ma douzaine !

Mardi le 2 juillet 2019 : je reçois dix copies de mon nouveau roman : Un été 1946 inoubliable à Montréal. On prend l'habitude ? Non, car avec moi, c'est toujours une lutte. Depuis vingt années, je me suis frotté à des mensonges, des promesses non tenues et cent trucs abracadabrants. Arriver à faire publier un manuscrit est une action extrêmement difficile. J'y suis arrivé douze fois, ce qui est bien peu, considérant que j'ai une trentaine de textes dans mon ordinateur, que je travaille chaque jour à améliorer ce qui a déjà été fait et à créer une nouvelle fiction qui rejoindra les autres dans un fichier informatique.

Le succès ? Non, aucune raison, car je ne fais pas de concessions comme les "photocopies" du livre qui s'est le plus vendu. De plus, je ne suis pas parent avec un bipède télévisuel ou un artiste du disque.  La reconnaissance ? J'aimerais, mais même à ce niveau, c'est difficile.

 


 
 
posté le 27-06-2019 à 15:32:00

Distributrice meurtrière

De passage au local d'aide alimentaire, je note, à l'extérieur, une machine distributrice de Pepsi. J'ai vite vu ce qui suit et que je vous reproduis texto :

Danger. Ne pas frapper ou bousculer la distributrice.

 


 
 
posté le 19-06-2019 à 12:31:31

L'indifférence

Mardi soir, je me suis rendu aux terrains de baseball pour la première fois cette année. Lors des occasions précédentes, il y avait trop de vent et de risque de pluie.

À ces niveaux (enfants et jeunes adolescents) il n'y a pas d'autre public que les parents devant mener leurs jeunes vers ces lieux. Et je dois dire que les responsables de tout ceci ne font rien pour intéresser des gens n'ayant pas de lien de parenté avec les joueurs.

 


 
 
posté le 16-06-2019 à 12:46:49

Lecture : Éric Gagné

Quand je n'ai pas le goût de lire, je lis une autobiographie.

Les Québécois qui atteignent les ligues majeures de baseball sont très rares. Ceux qui s'y maintiennent encore plus rares : pas même une douzaine depuis le 19e siècle. Non seulement le lanceur Éric Gagné fut un de ceux-là, mais il a établi un record imbattable, connu une extrême popularité, élu le meilleur lanceur de la Ligue nationale et, bien sûr, on lui a accordé un salaire en conséquence.

 


 
 
posté le 12-06-2019 à 14:58:45

Adieu vélo !

Je viens de vendre mon vélo, pour très peu. Je n'avais plus le choix. Je ne l'ai pas utilisé depuis trois années, à cause de l'affaiblissement du champ de vision de mon oeil droit. Cela aurait pu devenir dangeureux à vélo. De toute façon, j'avais de plus en plus peur de rouler, non pas à cause des automobilistes, mais bien à cause des autres cyclistes. C'est du 'n'importe quoi n'importe comment' : rouler du mauvais côté de la rue, ne pas faire les arrêts, passer sur les feux rouges, y aller à haute vitesse, etc.

Il n'existe que deux photos de moi-même avec un vélo. Celle-ci est la plus ancienne. Je devais avoir quatre ans, je crois bien. J'ai passé mon enfance installé sur l'appareil, franchissant des distances lointaines. Mon but consistait à avoir roulé dans toutes les rues de la ville. J'avais un plan de la municipalité et à chaque retour, je coloriais les rues parcourues un peu plus tôt.

 


 
 
posté le 08-06-2019 à 01:10:56

Trois-Rivières

Le nom Trois-Rivières a été donné par l'explorateur français Jacques Cartier, au 16e siècle. Le type est sans doute passé rapidement ou il était saoul, car en s'attardant un peu, il aurait réalisé qu'il n'y avait pas trois rivières, mais une seule, se séparant en un delta de trois embranchements.

On le constate tout à fait sur cette photo. L'île au premier plan est la Saint-Quentin, où il y avait une chouette plage, au cours de mon enfance. C'est devenu un parc, avec, entre autres, une piste cyclable sous les arbres. Bien sûr, on peut y compter des douzaines de signes d'interdiction. Au bas : l'eau du fleuve Saint-Laurent.

 


 
 
posté le 03-06-2019 à 19:59:51

Mémoires d'un amnésique

Je suis né le 31 février 1907. J'ai donc 32 ans.  Ma petite enfance fut heureuse, en compagnie de mes parents Robert et Madeleine. J'avais trois frères, pas de soeur : Martin, Yves et Champignon. Je n'ai pas fréquenté l'école longtemps, car je ne me souvenais jamais où était située l'école. J'ai appris à lire grâce à la patience de ma mère Rita et de bandes dessinées comme Astérix a marché sur la lune, mettant en vedette le chien Snoopy. Papa m'a montré à compter en me servant de mes seize doigts.

Adolescent. j'aimais beacoup la musique, surtout celle des années 40 comme les Rolling Zeppelin et les Biteules. Vous pouvez écouter ma chanson favorite de ces derniers avec le fichier audio ici présent. J'ai même joué du tuba dans un orchestre folklorique du nom de Roger Grabarkewitz et ses Chevaliers de l'Ouest, mais ceci n'a pas duré longtemps car je ne me rappelais jamais où était situé leur local de répétitions.

 


 
 
posté le 29-05-2019 à 15:53:09

À la recherche d'un fantôme (Partie 2)

(Il faut lire l'article suivant, pour comprendre) (Si, si : il y a plusieurs articles par page, ainsi que de nombreuses pages).

J'y suis retourné samedi, en compagnie de ma soeur, intriguée. Pas trop eu le temps de faire des observations, car, de plus, l'herbe était marécageuse de la pluie de la veille. J'ai cependant fait une découverte sur la rue derrière 3 : il y a une autre habitation ancienne qu'on voit sur la photo de 1922 (4) mais aujourd'hui cachée par des arbres.

 


 
 
posté le 22-05-2019 à 15:44:39

À la recherche d'un fantôme

Il est bien reconnu que les historiens cherchent à voir ce qui n'existe plus. C'est souvent mon cas et je viens de vivre une expérience étonnante en ce sens.

En 1923 et 1924, il y eut une tentative de formation d'une ligue pro de baseball, concentrée sur le Québec et l'Ontario. Il n'y avait qu'une équipe dans cette province, puis trois au Québec, dont une à Trois-Rivières. Au cours de la saison 1923, la franchise de Valleyfield rencontre des difficultés et dès la fin de juillet, l'équipe déménage à Cap-de-la-Madeleine, et prend le délicieux nom de Madcaps.

 


 
 
posté le 17-05-2019 à 16:04:42

Expérience difficile

Vendredi après-midi, près de 3 heures, j'étais au Dollarama près de chez moi, en train de payer mes achats, quand une jeune femme, surgissant de nulle part, s'accroche à moi en criant qu'elle allait s'évanouir. Le temps de deux secondes, je croyais qu'on me jouait un tour, mais j'ai vite constaté qu'elle ne mentait pas. Je l'ai retenue, elle s'est raidie, puis est tombée au sol, pleine de convulsions.

Immédiatement, ma caissière et sa voisine sont arrivées, ainsi qu'un employé du commerce, tentant de la calmer. Car convulsions énormes il y avait, avec des cris stridents.