Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

posté le 26-05-2017 à 01:52:08

La langue française au Québec

MON ACCENT

Beaucoup de Français disent que les Québécois ont un accent. Faux! Nous en avons plusieurs, dans chaque région, tout comme une femme de Provence ne parle pas comme une autre de Normandie, tout comme les gens du Sénégal ont la leur, au même titre que ceux de Louisiane. Les accents, ce sont la survie de la culture dans un monde uniformisé par les médias.

 


 
 
posté le 23-05-2017 à 12:58:11

Au pays de Molière, de Rimbaud, etc (Partie 1)

Alors que les cajuns de la Louisiane luttent pour conserver leur langue, tout comme les Acadiens et les francophones des provinces anglaises du Canada, que le Québec se corrige mais doit demeurer éveillé, la France, berceau de notre langue, remplace des mots de sa culture par d'autres anglais. Sans jugement ni procès : constat, tout simplement.

PUBLICITÉ EN FRANCE (Journaux, Internet)

 


 
 
posté le 22-05-2017 à 02:04:09

Au pays de Molière, Rimbaud, etc (Partie 2)

La parole au peuple de France, berceau de la langue française. Des découvertes glanées sur des sites informatiques, des forums. Mais avant tout :

DES USAGERS

 


 
 
posté le 16-05-2017 à 17:59:43

Mario dans la poche

Alors que mon ex éditeur m'annonce, le lundi, que Gros-Nez le quêteux et Le pain de Guillaume seront soldés, cela moins de deux années après leur sortie, l'autre ex-éditeur, celui de 2013, dès le mardi, m'annonce que L'amour entre parenthèses (Alias, pouah! Les Bonnes soeurs) a été retenu pour une série en format poche, à cause de ses bonnes ventes lors de sa sortie. Curieux, car l'an dernier, ces gens voulaient solder le livre et j'avais refusé l'autorisation.

Je ne refuse pas, mais j'aurais préféré que cet éditeur donne suite à mes démarches, au lieu d'expédier des refus deux jours après l'envoi, sous prétexte - tenez-vous bien - qu'il y a trop d'hommes dans mes romans. De plus, je n'ai jamais été trop enthousiaste face à ce roman, dont j'avais envoyé le manuscrit après six refus, pour la simple raison que le texte était plus court que mes 'briques' habituelles. Le monde de l'édition est une planète très curieuse. Ce sera la première fois que je serai en poche.

 


 
 
posté le 14-05-2017 à 02:55:16

Pourquoi j'aime le baseball

Je n'aime pas les sports. Aucun. Oh, bien sûr, il m'est arrivé de parler ici de hockey, mais il s'agissait de souvenirs d'enfance. Ma seule révélation sportive s'est matérialisée en 1969, avec l'arrivée des Expos de Montréal. Le coup de foudre n'a cessé.

On peut raconter toutes sortes de trucs sur le baseball, mais on n'affirme pas souvent ce que je pense : c'est un sport intellectuel, car il se réfère à la réflexion, à l'Histoire, à la connaissance. Tous les sports d'équipe présentent le même schéma : sur un terrain rectangulaire, des joueurs courent sans cesse vers un objet rond. Pas au baseball.

 


 
 
posté le 07-05-2017 à 00:31:07

La mémoire

J'ai toujours été fasciné par la mémoire. Je crois que l'oubli n'existe pas et que toute chose vécue, parole, geste, situation, trouve place dans un coin de notre cerveau et peut s'éveiller des décennies après leur origine.

En ce samedi soir, je copiais deux pages de mon roman Les Baveux quand, en sortant du fichier, il y a eu comme une paralysie informatique, si bien que tout ce que je venais d'écrire est disparu.

 


 
 
posté le 04-05-2017 à 01:39:21

Photos perso de l'Expo

Ma soeur vient de dénicher des photos personnelles d'une visite à Expo 67, qui fête cette année son cinquantième anniversaire. Des vraies photos en noir et blanc, dont une hors foyer !

 


 
 
posté le 28-04-2017 à 01:43:47

La carte du gardien des Rangers

Autrefois, les cartes de hockey et de baseball s'adressaient aux enfants et se vendaient à très bas prix : cinq sous le paquet contenant quatre cartes et une délicieuse gomme à mâcher, cette dernière étant une excuse pour inciter les parents à donner l'argent à leurs petits. En Amérique, ces cartes étaient très populaires et on les trouvait partout. Les jeunes pouvaient jouer avec les cartes, découper les images, ou simplement rechercher leurs joueurs favoris ou ceux d'une équipe spécifique.

Ma passion pour les cartes de hockey a été un héritage de mon grand frère Daniel, qui en achetait au cours de sa propre enfance. Le temps de l'adolescence venu, il m'avait donné sa collection. Cependant, déjà, j'achetais des cartes, la plupart du temps sur le chemin des écoliers, dans un dépanneur de la rue Saint-Valère, qui voyait chaque jour des dizaines de garçons demander "Un paquet d'cartes, siouplait, madame." Ouvrir le paquet était fascinant, car nous ne savions pas ce qu'il y avait dedans. Enfin à l'école, en attendant la cloche ou pendant les récréations, les gars se réunissaient pour regarder les cartes ou pour se les échanger. "Je te donne deux Toronto et un Chicago contre ton Jean Béliveau."

 


 
 
posté le 26-04-2017 à 01:49:32

Le pont Laviolette

Le pont Laviolette, reliant Trois-Rivières à la rive sud du fleuve Saint-Laurent. C'est le plus long pont traversant le fleuve. Il a été construit en 1967 et quelques ouvriers sont morts lors de l'effondrement d'une partie. Laviolette est le nom du fondateur de Trois-Rivières. Ajoutons un peu de voile pour paraître estival.

 


 
 
posté le 23-04-2017 à 00:57:15

Ètat des choses

TERMINER UN ROMAN

Samedi le 22 avril, je termine la création du roman LesBaveux. Le tout m'a pris sept mois et trois semaines, ce qui est dans la norme. Je me sens très content de ce texte gentiment tapageur, sur une intense amitié des années 1970 qui renaît alors que les anciens jeunes approchent du moment de la retraite. J'ai aimé écrire ces courts dialogues de quatre lignes en joual profond. Cependant, il me reste trois chapitres à taper dans le fichier informatique.