Mario Bergeron multicolore

Quotidien, souvenirs, coups de coeur, etc.

posté le 22-11-2016 à 00:04:02

Enfin, la neige !

 

 

Dans la nuit du dimanche à lundi, il est tombé un peu de neige, mais pas assez pour qu'elle demeure. Par contre, le lundi soir et jusqu'au début de la nuit, nous en avons assez pour espérer que cette fois sera la bonne. Évidemment, vers 20 heures 30, je suis sorti pour en profiter. C'est si beau! Quand je pense que j'en aurai pour des semaines de paix, à ne pas entendre les maniaques et leurs bidules laids pour tondre la pelouse, à n'être agressé par aucun chien stupide qui aboie sans cesse, et surtout à ne pas voir de champignons mobiles passer dans les rues. Évidemment... je ne pourrai plus me rendre au parc pour écrire... Le seul désavantage de la plus belle de toutes les saisons. Bravo! Bravo!

Tags: #hiver
 


Commentaires

 

1. anaflore  le 22-11-2016 à 00:17:32  (site)

depuis plusieurs années pas de neige à brest et c'est mieux car au moindre flocon la vie s'arrête ......profite bien !!

2. MarioBergeron  le 22-11-2016 à 01:54:17  (site)

Je serais malheureux de vivre dans un endroit sans neige.

3. jakin  le 22-11-2016 à 12:21:40  (site)

Salut Mario, Pour nous il n'y avait que de l'eau qui tombait en trombe et vers 22 Heures, l'heure ou je suis rentré, la route ressemblait à une piscine....à choisir, je préfère moi aussi la neige.....

4. MarioB  le 22-11-2016 à 13:19:15  (site)

La pluie en hiver, c'est insupporable.

5. Florentin  le 22-11-2016 à 14:27:05  (site)

J'habite une région de France (à l'ouest) qui ne voit pratiquement jamais la neige. Et on ne s'en plaint pas. Dès qu'elle arrive, elle nous gêne. Manque d'habitude. On ne roule plus, on a froid, on du mal à aller au boulot, on reste à la maison. Pour nous, la neige, c'est seulement beau ! Comme sur les cartes postales. Florentin.

6. MarioMusique  le 22-11-2016 à 18:02:02  (site)

C'est parce que vous n'êtes pas préparés ni habitués.

7. Nikole-Krop  le 24-11-2016 à 07:21:43  (site)

La neige me manque, terriblement. Oui.

8. MarioB  le 24-11-2016 à 11:43:06  (site)

Je t'en enverrai un peu, Nikole.

9. johnmarcel  le 26-11-2016 à 20:28:15  (site)

https://www.youtube.com/watch?v=qJ7WZAJ_9wU
(lien à copier-coller)

Une indonésienne heureuse de toucher de la neige au Ice World de Jakarta...

édité le 27-11-2016 à 02:30:39

10. MarioB  le 27-11-2016 à 00:59:08  (site)

Merci.

11. johnmarcel  le 03-12-2016 à 12:06:57  (site)

C'est encore moi... ma femme me dit qu'une fois installé en Indonésie, si la neige me manque, nous irons quelques jours au Japon ou en Corée pour en profiter...
Sinon, tôt le matin dans les montagnes de Bengkulu, il ne fait qu'un petit 20°...

édité le 03-12-2016 à 18:07:34

12. MarioB  le 03-12-2016 à 13:34:53  (site)

Merci. Au fait, la neige que j'ai applaudie dans cet article n'est plus présente...

13. johnmarcel  le 13-12-2016 à 01:32:07  (site)

Il a neigé chez nous la semaine dernière !
Je suis rentré à vélo de mon poste de nuit... ce blanc, ces ténèbres, ce silence de la campagne... c'était féérique !
Le soir il n'y avait plus rien...

14. MarioBergeron  le 13-12-2016 à 02:34:01  (site)

Il y a eu une belle chute au Québec lundi. C'était vivifiant !

 
 
 
posté le 20-11-2016 à 13:43:03

Lecture : De la poêle à frire à la ligne de feu

 

 

Un livre de 1981 que j'ai acheté en 1994, même si je l'avais lu quelques fois. Depuis, j'ai recommencé. Entre autres, j'y ai pigé des renseignements pour mon roman L'Héritage de Jeanne. Cherchant une numérisation de la page couverture, j'ai été étonné de constater que cet ouvrage est toujours sur le marché. Un livre qui dure depuis trente-cinq années, c'est excessivement rare, au Québec.

 

 

Le but premier des auteures Geneviève Auger et Raymonde Lamothe était d'analyser l'image de la femme sur la publicité journalistique, du début du siècle jusqu'à la décennie 1970. Abordant les années de la Seconde Guerre mondiale, elles ont été surprises de voir les femmes socialement actives. Ceci les a incitées à chercher un peu plus. Voici donc la vie des femmes québécoises, et en partie canadiennes, au cours du conflit.

 

 

Les sujets présentés sont : les femmes à la maison, devant faire face à un rude rationnement, et qui pouvaient être actives à l'effort de guerre en économisant ceci ou cela. Ensuite, il y avait celles travaillant dans les usines de guerre et, de façon générale, qui étaient sur le marché de l'emploi pour remplacer les hommes mobilisés. Enfin : les femmes qui ont servi dans l'armée.

 

 

Tout ceci avait déjè été vu dans d'autres études, mais nos auteures présentent le tout d'une façon très dynamique, avec interaction entre des faits historiques, des extraits de journaux, mais aussi des témoignages de femmes ayant vécu ces situations. Elles étaient, au moment du livre, dans la cinquantaine et leur participation demeure très précieuse.

 

 

Le livre est rempli d'illustrations publicitaires extaites des journaux, où il y avait certes de la propagande, mais aussi l'image d'une femme importante dans la société. On y croise aussi des photos des archives officielles, et d'autres qui proviennent de collections familiales.

 

 

Tout ceci est étonnant et passionnant. On note le conservatisme québécois côtoyant une certaine ouverture d'esprit de la part du Canada anglais. Par exemple, pour aider les jeunes mères désireuses de travailler en usine de guerre, le gouvernement fédéral avait créé des garderies. Elles ont connu du succès partout au Canada, sauf au Québec, où le clergé trouvait scandaleux que des mères de famille confient leurs enfants à des étangères, y voyant là une forme de communisme. Parmi les autres clichés honteux : les femmes qui s'enrôlaient devenaient nécessairement des "Filles à soldat."

 

 

Si les femmes ont envahi le marché du travail à ce moment-là, elles étaient tout de même sous-payées. Le tout était perçu comme une situation d'exception. Dès la fin de la guerre, elles sont retournées à la maison. Une télégraphiste de l'armée avait alors tenté de se trouver un poste dans ce domaine, mais en vain : les entreprises engagaient des hommes.

 

 

J'adore la conclusion du livre, alors qu'une participante reproche le titre, qui, à ses yeux, aurait dû être : De la ligne de feu à la poêle à frire, car c'est ce qui s'est passé. Avant que le pourcentage de femmes sur le marché du travail atteigne de nouveau celui de la période 39-45, il faudra attendre vingt ans. Cependant, dans l'esprit féminin, il y avait cette semence qui allait grandir, à l'effet que toutes pouvaient travailler et devenir davantage que des ménagères à la maison.

 

 

 

 

 

L'extrait utilise des paroles glanées dans un journal, et qui peut faire rire un peu jaune aujourd'hui :

 

 

 

Ce quotidien (La Presse) affirme que l'expérience du travail ménager s'applique très bien au nouveau travail de la femme : "Le maniement des engins de guerre ne l'embarasse pas plus que les aiguilles à tricoter" ou encore : "Il n'est pas plus difficile de suivre une formule pour le remplissage des obus qu'une recette de gâteau."

 

 

 

 

 

De la poêle à frire à la ligne de feu, Geneviève Auger et Raymonde Lamothe, 1981, Boréal Express, 232 pages.

Tags: #femmes
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 21-11-2016 à 10:04:24  (site)

Cela fait 70 ans que le conflit 1939-1945 est terminé et depuis les choses ont bien changé. Aujourd'hui, les femmes travaillent à l'extérieur quand elles le veulent et choisissent le métier qu'elles veulent. Heureusement. Ce temps de travail forcé pour les femmes a sûrement servi à la montée de la professionnalisation féminine ! elles se sont alors aperçues qu'elles pouvaient se montrer efficaces dans n'importe quel domaine et que travailler pouvait donner du sens à leur vie.

2. jakin  le 21-11-2016 à 11:12:26  (site)

Ton livre me parait très intéressant pour comprendre l'évolution du féminisme dans le monde....Quant au clergé, il est égale à lui-même rétrograde et aveugle, c'est un comble pour ceux qui prétendent donner la Lumière ?

3. MarioB  le 21-11-2016 à 13:09:03  (site)

Florentin : Le travail n'était pas forcé, car il était très réglementé. Les célibataires étaient favorisées, tout comme les jeunes mariées sans enfants. Une femme de 32 ans, avec trois enfants, n'avait pas le droit de travailler dans les usines de guerre ou de s'enrôler dans l'armée.

Quant au haut clergé du Québec, on disait qu'il était plus catholique que le pape.

 
 
 
posté le 18-11-2016 à 12:49:18

Maman va mieux

 

Un article du dernier été confessait que ma soeur et moi pensions que notre mère vivait les derniers instants de sa vie, qu'elle ne serait plus parmi nous dès le début de l'automne. Elle était amorphe, passait ses journées au lit, ne mangeait presque plus. Pour notre plus grande joie, maman est toujours parmi nous. Elle a repris des forces, s'est remise à parler et même à chanter! Malgré le froid de cette saison, nous avons pu sortir avec elle pour de légères promenades. Cependant, elle n'est plus tout à fait comme il y a une année. Le temps fait son oeuvre et puisse le nôtre lui apporter du bonheur. Ma mère aura 92 ans dans trois semaines.

La photo a été prise au début d'octobre.

Tags: #maman
 


Commentaires

 

1. johnmarcel  le 19-11-2016 à 08:04:25  (site)

Salutation à votre maman...

2. Nikole-Krop  le 19-11-2016 à 09:06:16  (site)

Je la souhaite centenaire et vous embrasse tous les deux.

3. MarioB  le 19-11-2016 à 12:49:55  (site)

Merci, c'est gentil.

4. chocoreve  le 20-11-2016 à 08:53:03  (site)

Une maman qui chante à nouveau dis-tu ? Il faut jouir du moment présent Mario … le bonheur c’est ici en maintenant.

Ton post me rappelle un joli livre que j’ai adoré qui s’appelle « la joie » de Charles Pépin … http://www.cles.com/debats-entretiens/article/la-joie-surgit-du-reel-ici-et-maintenant

Bisous Mario

5. Florentin  le 20-11-2016 à 09:36:13  (site)

Ella aura fait un joli parcours ! 92 ans, ce n'est pas rien ! Elle a, l'été dernier, sûrement eu un coup de blues. Ce qui, à cet âge-là n'est tout de même pas étonannt ! Je lui souhaite longue vie et de devenir au moins centenaire.

6. MarioB  le 20-11-2016 à 12:46:15  (site)

Tu sais, Florentin, quand ça te mène à l'hôpital une fois par semaine... c'était plus qu'un coup de blues.

Merci !

7. Maritxan  le 22-11-2016 à 15:53:23  (site)

Ça, c'est une bonne nouvelle ! Ton billet tombe à pic, car j'avais l'intention de te demander de ses nouvelles. Merci pour la photo ! @+

8. MarioMusique  le 22-11-2016 à 18:01:26  (site)

Et voilà !

9. nyxie  le 04-12-2016 à 11:10:02  (site)

Bien jolie cette photo avec ta Maman à placer dans l'album des souvenirs.
Je vous souhaite à tous les deux un très jolis Noël à 92 ans on sabre le champagne !...
Je vous embrasse pour cette occasion.
smiley_id117184

10. MarioB  le 04-12-2016 à 17:37:13  (site)

Merci, Ny. Ma mère aura 92 ans le 5 décembre. D'une visite à l'autre, on ne sait jamais comment nous allons la croiser. Mes deux soeurs et moi allons tout de même tenter de la visiter. Les trois à la fois, ce sera un beau cadeau pour elle.

 
 
 
posté le 16-11-2016 à 18:27:45

Trois-Rivières

 

 

Ma ville! Je dois cependant préciser une chose : depuis 2001, Trois-Rivières et ses villes mitoyennes, Cap-de-la-Madeleine et Trois-Rivières-Ouest, ont fusionné en une seule administration. Je suis en réalité natif et citoyen du Cap, mais culturellement, dans notre mentalité, les gens des deux fusionnées se sont toujours considérés de Trois-Rivières.

 

Elle a été fondée en 1634, avant Montréal. À l'origine : un poste de traite avec palissades, servant au troc avec les Amérindiens. Le lieu était connu sous ce nom bien avant. Au 16e siècle, l'explorateur Jacques Cartier, passant tout près, note : "Parbleu! Une rivière!" Deux minutes plus tard, son second lui dit : "Diantre, capitaine : une deuxième rivière!" Le même temps a alerté un matelot : "Regardez, messires, une troisième rivière!" C'est ainsi que Cartier baptisa l'ensemble Trois-Rivières, même si ce paresseux n'a pas pris le temps de s'arrêter pour constater qu'il n'y avait qu'une seule rivière, séparée en delta de trois parties à son embouchure.

 

La population : autour de 150,000 citoyens. Elle est située entre Montréal et Québec. Chef lieu d'une région du nom de Mauricie, avec sa cathédrale, son université, ses nombreux services. Les gens de l'extérieur disent de nous : "Ce sont des snobs." 'Sais pas : quand t'es né dedans, tu ne peux porter un tel jugement.

 

Trois-Rivières, c'est mon amour! Je connais son histoire jusqu'au bout des ongles et quand je déambule dans une rue, je vois le passé. La ville est le sujet, complet ou partiel, de mes onze romans publiés. Heureux aussi d'avoir fait connaître le passé de ma ville à des lectrices et lecteurs d'autres lieux. Pendant un certain temps, je cherchais un emploi dans d'autres localités, mais en cas de succès, je sais que j'aurais été triste. Trois-Rivières est mon sang et mon coeur.

 

 

 

La photo : une partie du centre-ville, avec la cathédale en premier plan. Comme fond de décor : le fleuve Saint-Laurent (qui coule à deux minutes de marche de chez moi).  

 

 

 

Les articles suivants vous présentent quatre villes du Québec où j'ai séjourné et qui m'avaient laissé de belles impressions. J'en connais d'autres, comme Sherbrooke, Hull, Rimouski, mais pas assez pour vous en parler.

 


Commentaires

 

1. jakin  le 17-11-2016 à 10:58:19  (site)

Merci Mario pour cette découverte...vue sous cet angle et la nuit, la ville est spacieuse et bien ordonnée...le long du St Laurent elle a une allure proche de celle de St Petersbourg...mais ce n'est qu'une petite comparaison pour le voyageur que je suis....

2. Florentin  le 17-11-2016 à 12:40:47  (site)

Salut l'ami ! Je me doutais bien que la ville ne devait pas son nom au fait qu'elle était arrosée de trois rivières. Mais, le nom est pittoresque et chante à l'oreille. Je ne suis jamais allé au Canada. C'est dommage. Ma fille y est allée, j'aurais dû l'accompagner. Cependant, je ne crois pas qu'elle connaisse Trois-Rivières. Amicalement et à plus. Florentin

3. MarioMusique  le 17-11-2016 à 12:45:29  (site)

Florentin : Oui, j'aime beaucoup ce joli nom. Il existe aussi une ville du même nom dans les Caraibes.

Jakin : À l'époque coloniale, le fleuve St-Laurent était la seule route pour les déplacements, si bien que les lieux établis le long des berges sont tous étendues d'est en ouest (et vice verça). Du haut d'un avion, Trois-Rivières ressemhle à un triangle, avec sa base le long du fleuve.

4. jakin  le 17-11-2016 à 22:55:47  (site)

Et en plus Trois-Rivières est à l'honneur ce matin sur le Blog, c'est juste mérité !

5. anaflore  le 18-11-2016 à 00:33:49  (site)

trés jeune ce passé ..bravo pour la photo

6. MarioB  le 18-11-2016 à 01:50:23  (site)

Merci. La photo n'est pas de moi, mais faisait partie d'un ensemble d'environ 500 photos prises dans la ville et dans la région.

7. gegedu28  le 18-11-2016 à 04:17:50  (site)

Bonjour Mario,
Tout d'abord : smiley_id117184 pour la Photo du Jour.
Ton article m'a interpellé un petit moment. Sais-tu que l'ex ville du Cap-de-la-Madeleine a été jumelée avec Châteaudun, une ville de la Beauce française de 1971 à 2002 !

Par contre, je ne sais pas si la ville a maintenu son jumelage avec Trois-Rivières, je crois que non.
Voilà, sur ce je te souhaite un bon week-end.
Amitiés beauceronnes,
Gégédu28

8. nyxie  le 18-11-2016 à 06:06:19  (site)

Très touchant ton article, c'est assez rare de nos jours de rester toute sa vie dans la même ville (à part moi) l'église a l'air très jolie. A présent il faut être polyvalent pour réussir professionnellement.
Encore une fois bien mérité la photo du jour.
Bonne journée Hey

9. MarioB  le 18-11-2016 à 12:19:35  (site)

Ny : J'ai conscience que demeurer dans le même lieu de sa naissance à aujourd'hui est devenu quelque chose d'inhabituel,

Merci à tout le monde et au robot qui choisir la photo du jour.

10. Silenvie  le 18-11-2016 à 13:23:14  (site)

Félicitations pour la photo à l'honneur !

 
 
 
posté le 12-11-2016 à 16:28:12

Amos

 

 

Le salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue est tenu dans cinq villes, en rotation. J'ai séjourné dans chacune d'entre elles, vu des points communs me faisant penser que les lieux de cette région nordique sont quelque peu différents des autres coins du Québec. Hors La Sarre, qui ressemble à un gros village de film western, les quatre autres municipalités m'ont charmé, surtout Amos et Ville-Marie. Je garde cette dernière pour une autre occasion.

Je n'ai mis les pieds à Amos qu'une seule fois, pendant cinq journées et une matinée. Un des points communs avec les autres villes abitibiennes est la largeur des rues, comme illustré par la photo. Un historien de là-bas m'a expliqué pourquoi. Ces villes, à l'origine, étaient érigées en pleine forêt. Au cas où un incendie forestier atteignait la ville, le vent aurait du mal à pousser les flammes de l'autre côté de rues si larges. Il y a une conséquence, que l'on voit aussi sur la photo : les automobiles se stationnent de biais à même la rue.

Autre point commun, mais qui m'a semblé davantage présent à Amos : les maisons ne sont pas construites au bord de la rue, mais dans le fond de leurs terrains, si bien que la cour n'est pas derrière les maisons, mais devant. Sans doute le cauchemar des facteurs ! Mais en se baladant, on voit facilement les intimités de la cour : les balançoires des enfants, une table à pique-nique, un jardin, etc. Ce n'étaient pas des cas isolés, mais bien celui de centaines de maisons.

Amos ressemblait à une ville jouet, construite par des gamins disposant des maisons ça et là. L'édifice rond de la photo est une cathédrale, à l'architecture inhabituelle. À tous points de vue, Amos (fondée en 1914) est une ville très charmante, l'une des plus belles du Québec. 

Tags: #abitibi
 


Commentaires

 

1. Florentin  le 13-11-2016 à 11:24:56  (site)

Il est vrai que le Canada est immense et permet aux villes de s'étaler. C'est un peut moins le cas en France, où les villes (au moins celles d'importance) ont perpétuellement d'espace pour faire vivre leurs projets ... A plus. Florentin

2. MarioBergeron  le 13-11-2016 à 14:59:42  (site)

Ces villes de l'Abitibi est été fondées au moment où il existait déjà du transport automobile et par camion, d'où la différence.
Quand je croise des Français en tourisme, ils me parlent souvent de grands espaces.

3. jakin  le 14-11-2016 à 11:55:09  (site)

Salut Mario, on ne peut pas dire que dans cette ville on manque d'espace ?

4. MarioMusique  le 14-11-2016 à 13:26:01  (site)

Il y en a beaucoup !

 
 
 
posté le 09-11-2016 à 02:15:43

Chicoutimi

 

 

Une ville où je me suis rendu une dizaine de fois, essentiellement en relation avec les romans publiés entre 1998 et 2003. Ma maison d'éditions s'y trouvait, ainsi que la femme avec qui je voyageais pour participer aux salons du livre de l'Abitibi-Témiscamingue. À une occasion, il y a eu un séjour de deux journées pour des promotions dans les environs, sans oublier quatre salons du livre, parmi les plus détestables que j'ai vécus. Il y aurait dû en avoir six, mais les deux dernières fois, j'ai refusé avec violence de vivre cette situation.

Chicoutimi est le chef lieu de deux régions voisines du nom de Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette capitale est entourée de deux villes d'importance : La Baie et Jonquière. Or, depuis 2002, ce trio ne vit que sous une bannière, appelée Saguenay, comme la rivière. J'avais trouvé idiote cette idée de faire disparaître des noms aussi charmants, mais la femme des salons du livre m'a expliqué pourquoi un seul nom des trois villes ne fonctionnerait pas : les voisins ne l'accepteraient pas. J'ai alors compris, sachant comme les gens de cette région sont susceptibles et pointilleux. Elle me racontait que les citoyens de Chicoutimi n'aimaient pas ceux de La Baie, lesquels détestaient ceux de Jonquière, etc. Je suis persuadé que ces citoyens continuent à utiliser les noms d'origine et ne doivent pas désigner le trio comme le nom de la rivière.

Cette rivière est superbe! Chicoutimi est située sur une plaine bordant ce cours d'eau, le tout avec un paysage montagneux comme fond de décor. C'est une ville construite d'est en ouest, et pas tellement vers le nord. Il y a peu de côtes, mais le bureau de l'éditeur était situé au sommet d'un boulevard très abrupt, sans doute le cauchemar des cyclistes (ou leur joie, quand vient le temps de descendre). Le grand boulevard commercial est sympathique, avec de chouettes cafés terrasses. Les gens sont aimables, sauf quand ils visitent le salon du livre, en faisant voir de toutes les couleurs aux auteurs qui ont le malheur de ne pas être nés au Saguenay-Lac-Saint-Jean. J'ai traversé cette  dernière région à deux reprises, sans m'y arrêter. et, de nouveau, les paysages sont magnifiques.

Chicoutimi est située à environ cinq heures de route de chez moi. Il faut se rendre d'abord à Québec, puis prendre un autocar pour le Saguenay et traverser un long parc au creux des montagnes, si bien que nos oreilles passent leur temps à bourdonner.

 

Tags: #romans
 


Commentaires

 

1. jakin  le 09-11-2016 à 11:26:25  (site)

Salut Mario, je ne connais pas cette ville, mais cela semble profondément moderne d'après la vue....

2. MarioB  le 09-11-2016 à 11:43:11  (site)

La fondation date du dernier quart du 19e siècle, mais c'était alors un village. Le tout s'est urbanisé dès la décennie 1920.

 
 
 
posté le 07-11-2016 à 18:23:33

Québec

 

 

Avec Boston, la ville de Québec est la plus ancienne d'Amérique du Nord. Dès l'époque de la Nouvelle-France, elle tenait lieu de capitale de la colonie. Dans les récits des explorateurs, elle est souvent orthographiée comme Kébek, qui est un mot amérindien signifiant "Passage étroit". On croise aussi le mot Stadaconé.

Québec est la capitale du Québec. Elle a un peu plus de 500,000 de population. De chez moi, elle est située à la même distance que Montréal : 1 heure 15 d'autocar. Différence avec Montréal : on peut s'y perdre! Car les rues zigzaguent, ont des pentes, etc. Dans la plus ancienne partie de la ville, c'est un urbanisme de siècles passés, à la manière de ce que l'on voit sur la photo.

C'est d'ailleurs ce qui fait son charme! Pour les Européens, croiser des maisons de la Renaissance est une chose banale. Pas en Amérique. S'il y en a des miettes à Montréal et à Trois-Rivières, il y a un quartier complet, à Québec. Maisons hautes avec lucarnes, rues étroites, sans oublier l'imposant château Frontenac. Quand le conquérant anglais a pris possession de la Nouvelle-France, il a tout brûlé sur son passage, mais n'a rien touché à Québec. Déjà, on n'incendiait pas une capitale.

J'avoue qu'il y a une partie de la ville, le Nord, que je ne connais pas du tout. Mes déplacements m'ont plus que souvent mené vers le terminus d'autocar, pour me rendre au chouette salon du livre, ou attendre le prochain transport pour Chicoutimi. J'avais jadis une copine qui y habitait et je la visitais souvent. N'oublions pas toutes ces fois où l'historien que je suis s'est rendu dans le vieux Québec pour voir ces maisons, ces rues, tout ce qui porte l'écho de lointains ancêtres. Québec abrite aussi la rue Saint-Jean, la plus belle de la province, avec ses peintres, ses cafés, ses joyeux itinérants artistiques. Du moins, c'était attachant jusqu'au moment où des signes d'interdictions se sont imposés sur chaque immeuble.

Je ne suis pas le seul à m'y intéresser. Le tourisme de tous les coins d'Amérique met Québec sur son trajet à cause de ces éléments anciens charmants. C'est une ville moins pratique que Montréal, mais beaucoup plus jolie.

 

Tags: #québec
 


Commentaires

 

1. nyxie  le 08-11-2016 à 10:22:44  (site)

Bonjour, merci pour ton passage sur mon triste blog... mes flocons rachitiques étaient loin de t'impressionner je comprends, mais tu sais ici dès qu'il y a 5cm de neige tout le pays est paralysé !! pas comme chez toi.
"Kébek" a une belle histoire, mais comme toutes les grandes métropoles elle me fait peur, j'aime trop les petits villages typiques retirés dans les campagnes, je suis un peu vieux jeu tu sais...
Je te souhaite une bonne journée.

2. jakin  le 08-11-2016 à 11:07:26  (site)

Ta photo me fait penser que j'ai fait dans le vieux Québec, une mémorable balade en calèche dans la vieille ville...un souvenir fabuleux chez les cousins....

3. MarioB  le 08-11-2016 à 12:50:56  (site)

Oui, l'idée des promenades en calèche est ancienne, car j'ai une photo prise à Québec au cours des années 40 et cela existait déjà. Il y en a aussi à Montréal. J'y suis monté une fois, mais j'était petit.

Merci de vos commentaires,

4. chocoreve  le 08-11-2016 à 18:12:28  (site)

Oui Québec est une très jolie ville !
J'aime comme tu en parles !
bisous

5. MarioB  le 08-11-2016 à 20:21:27  (site)

Merci.

 
 
 
posté le 06-11-2016 à 01:38:48

Montréal

 

 

Montréal est la plus grande ville du Québec, avec autour de 1 million et demi de population. Le nom est une contraction de celui de la montagne qu'on y trouve : Mont Royal. À l'époque de la Nouvelle-France, son nom était Ville-Marie, mais l'on parlait déjà de l'île de Montréal (Puisque la ville est située sur une île immense).

J'y m'y suis rendu des centaines de fois. De Trois-Rivières à cette métrople, c'est autour de 1 heure et 15 minutes d'autocar. Les raisons me poussant à me déplacer vers ce lieu furent : voir des spectacles rock, le baseball, mais surtout : acheter des disques. Il y a eu d'autres raisons, comme le sinistre salon du livre.

Montréal est une ville tout à fait nord-américaine, avec ses hauts édifices, mais aussi un tissu urbain pratique.  C'est impossible de se perdre dans cette ville, car tout y est carré et rectangulaire. Peu de rues qui zigzaguent, peu de côtes. Les boulevards traversent la ville d'est en ouest et sont près les uns des autres. Il s'agit de situer le coin où on désire se rendre et, une fois là-bas, on le trouve facilement.

 

Montréal est aussi cosmopolite : on y entend toutes sortes de langues et on y croise une mapemonde humaine de tous les styles. Bien que l'affichage demeure en français, Montréal est l'urbs la plus anglophone du Québec. Évidemment, pour les rendez-vous culturels, le public est servi, tout comme pour les expositions de toutes sortes et les musées.

J'ai déjà évoqué, dans un autre article, la première fois où j'ai atteint la ville, seul comme un grand garçon. J'avais douze ans et, avec la bénédiction de mes parents, j'avais décidé de me rendre à l'Expo 67. C'était facile : terminus d'autocar à Berri-Demontigny, puis le wagon vers l'île Sainte-Hélène et, en soirée, j'étais de retour à la maison. Le trajet n'a pas changé depuis.

Je vais expliquer pourquoi Montréal était ma destination pour acheter des disques. Parce qu'il y en avait mille fois plus qu'à Trois-Rivières! Un disquaire comme Sam avait trois étages! Sur la rue Saint-Denis : plusieurs boutiques d'usagés, dont L'Échange (qui a depuis peu fermé ses portes). Toujours sur Saint-Denis, au cours des années 70 : L'Alternatif, se spécialisant en importations. On croisait à Montréal des disques qu'on ne voyait pas ailleurs. La rue Saint-Denis est assurément l'artère montréalaise que j'ai le plus parcouru.

Un autre aller-retour unique : au début des années 1980, avec deux amis, je m'y étais rendu parce qu'une boîte de nuit diffusait les clips de MTV. Je dois avouer que j'avais trouvé idiot de voir tous ces jeunes les yeux rivés à un écran au lieu de communiquer. Ah, aussi : un de ces amis y allait souvent pour le cinéma, parce que c'était la seule façon de voir les films USA en version anglaise. Comme moi, ce gars est allergique aux doublages français.

 

J'apprécie cette ville, même si elle a un aspect froid, car les gens, partout, vont sans cesse rapidement. J'imagine que c'est un point commun avec toutes les grandes agglomérations.

Tags: #montréal
 


Commentaires

 

1. chocoreve  le 06-11-2016 à 20:19:22  (site)

Pourquoi le sinistre salon du livre ?
J aime ton texte sur Montréal, il m'a beaucoup intéressée. J'ai fait un arrêt dans cette belle ville, lors d un voyage, un arrêt aussi à Trois Rivieres, d où j'ai rapporté en France 4 pousses d érables, dont 2 ont survécu et se trouve dans mon jardin.
Quand est il de Mario dans le brouillard ? un rendez vous a t il ete pris ?
Bisous Mario

2. MarioB  le 06-11-2016 à 23:52:01  (site)

Il est sinistre parce que trop bêta, trop gros, trop achalandé, trop tout. L'an dernier, mon éditeur me payait mon transport et tous mes frais pour participer à ce salon, et j'ai refusé.

Trois-Rivières, c'est chez moi !

Merci.

3. anaflore  le 07-11-2016 à 12:30:02  (site)

une ville sympathique à visiter conseil d'une française

4. jakin  le 07-11-2016 à 12:35:54  (site)

J'ai beaucoup aimé cette ville. notamment la ville souterraine....qui m'a impressionné par son organisation....

5. MarioB  le 07-11-2016 à 13:48:24  (site)

Oui, on peut vivre sous terre sans sortir pendant une semaine !

Merci à vous deux.

6. anaflore  le 08-11-2016 à 01:26:45  (site)

c'est vrai que le chateau est inoubliable ....

7. MarioB  le 08-11-2016 à 02:09:13  (site)

Le château Frontenac à Québec. T'as mis ton commentaire au mauvais endroit, ah ah !

 
 
 
posté le 02-11-2016 à 12:07:18

Le métro de Montréal

 

 

 

L'idée de cet article m'est venue en visitant un des sites de l'amie Nikole, qui prend souvent des photos dans le métro de Paris. Or, à chaque occasion, je pense que ce métro ressemble à celui de Montréal. Après vérification, je ne me trompais pas : le montréalais a pris comme modèle le cousin parisien, tant dans l'architecture des stations que dans les wagons. J'ai aussi appris que ce métro a été inauguré le 14 octobre 1966, jour de mon anniversaire de naissance.

 

 

Le but était de rendre facile l'accès à Terre des Hommes, l'exposition universelle, tenue en 1967. Depuis, le parcours a été allongé en tous sens, pour atteindre l'extrémité ouest de l'île de Montréal. J'ai exprimé ma première impression par la voie de mon personnage Maurice, dans mon roman Momo et l'Expo. Le grand événement n'intéressait pas mon héros : il voulait rouler sous terre. Sourire figé, coup de tête vers ses parents, l'air de dire : "Ouais, c'est pas mal." L'initiation au métro de Montréal est aussi évoquée dans mon roman publié Les fleurs de Lyse, alors que le personnage Baraque craint surtout qu'un gratte-ciel ne lui tombe sur la tête.

 

 

Un point que le petit Mario de 1967 retrouvera de décennie en décennie : la station pour se rendre à l'Expo était la Berri-Demontigny. Or, le terminus d'autocar est aussi situé à cet endroit, si bien qu'à chaque voyage à Montréal, en entrant dans le lieu, j'ai l'impression que je me rends à Terre des Hommes. Ça n'a pas changé d'un poil. J'imagine que pour les natifs, j'ai l'air d'un paysan quand je descends vers le monstre Berri-Demontigny, qui est un terminus pour toutes les directions. Quand tu n'es pas familier, la tête girouette dans toutes les directions.

 

 

Le métro de Montréal est le seul du Québec, bien que la ville de Québec pourrait en avoir un, tant l'agglomération est vaste.

 

 

Pour être heureux : visitez les sites de Nikole. Voir mes liens, à votre droite : L'oeil du Krop + Photos Nikole.

 

 

Le fichier audio : Dans le métro, où Sylvain Lelièvre nomme plusieurs stations du réseau.

Tags: #montréal
 


Commentaires

 

1. Nikole-Krop  le 02-11-2016 à 13:07:05  (site)

L'amie Nikole te remercie de parler d'elle et de ses sites, et apprend avec plaisir les infos que tu nous donnes sur le métro de chez toi !

2. Nikole-Krop  le 02-11-2016 à 13:13:51  (site)

Cela dit, la couleur des rames n'est pas la même... :-)
Allez, bonne journée Mario, et merci encore pour les mots très gentils à mon égard.

3. jakin  le 02-11-2016 à 13:18:24  (site)

Salut Mario, maintenant tu fais de la promo pour les autres....fait attention le Samaritain est déjà connu depuis Jésus !

4. anaflore  le 02-11-2016 à 14:08:40  (site)

pas visité le métro quand j'étais à monréal!!!trop tard !!

5. MarioBergeron  le 02-11-2016 à 15:40:21  (site)

Nikole, j'ai peut-être choisi une mauvaise photo, mais je t'assure que c'est très semblable. Par exemple, les zones d'attente des stations, avec les petits bancs de plastique noir, l'intérieur des wagons.
Je te signale que j'ai ajouté d'autres photos perso, un peu plus bas.

Merci à vous tous !

Jakin, faire de la promo pour Nikole, c'est rendre service à une bonne personne très talentueuse.

édité le 02-11-2016 à 20:41:40

6. Florentin  le 05-11-2016 à 18:17:52  (site)

On peut évidemment penser ce que l'on veut du Métro. Il n'y a sûrement pas que des choses agréables à en dire, mais c'est rudement pratique. On peut joindre n'importe quel coin de Paris en l'empruntant. Quand je vais dans la capitale, je prends le train et mé débrouille ensuite avec le métro. Et je laisse ma voiture au garage. Bon dimanche et à plus. Florentin

7. MarioB  le 05-11-2016 à 23:14:39  (site)

Merci, Florentin. En effet, je l'ai moi-mème utilisé en tous sens.

 
 
 
posté le 28-10-2016 à 01:53:40

Mario dans le brouillard

 

Le temps qui passe... En 2004, l'ophtalmologiste m'avait dit que j'avais un début de cataracte dans mon oeil droit. Rien pour paniquer, mais aviser si la chose prenait de l'ampleur. Je l'ai ressentie au cours de l'été 2015, alors que je voyais comme un léger brouillard. Rendez-vous chez mon optométriste, qui confirme la situation, communique avec l'ophtalmo et je devais prendre un rendez-vous immédiatement. Je l'ai obtenu... onze mois plus tard.

J'avais toutes sortes de craintes face à cette idée de me fiche une lentille à l'intérieur de mon oeil, car des lentilles, j'en ai porté pendant une quinzaine d'années, jusqu'au moment où mes yeux les refusaient, cela autour de 1999. Je pensais aussi qu'au cours de ma vie, j'avais eu deux décollements de la rétine, ce qui est un truc trrrrrès heavy métal.

J'ai tout raconté à l'ophtalmo qui, après examen, considérant mon handicap visuel (mes yeux sont ovales, et non ronds), il y aurait un risque à prendre à opérer. Au cas où un troisième accident arriverait avec ma rétine, je risquerais de perdre mon oeil droit. "C'est un pensez-y bien", m'a dit le jeune homme. Du tout : pas le temps d'y penser. Pas question qu'on me fiche une lentille dans mon oeil !

Je suis content de savoir que mon pressentiment s'avérait vrai. Moins content de penser que pour le reste de mon existence, je ne verrai plus jamais comme avant et que je devrai vivre avec ce brouillard.

Notez bien que même s'il est sans cesse présent, je ne me rends pas compte chez moi, où mes actions (lire, écrire, ordinateur) se font d'une manière proche. Par contre, quand je suis à l'extérieur, ce brouillard s'intensifie, si bien, par exemple, que je fais preuve d'une plus grande prudence en traversant les rues. Le soir venu, à la noirceur, cela semble pire. Pas rigolo, tout ça, même si j'ai passé ma vie avec des problèmes visuels de toutes les natures.

Je vais prendre un rendez-vous chez madame l'optométriste pour savoir s'il y a quelque chose à faire pour atténuer tout ceci. Après tout, avant cette invention d'infiltrer un corps étranger dans un oeil, des gens rencontraient le même problème et il y avait sans doute des solutions pour les aider.

Tags: #oeil
 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 28-10-2016 à 08:46:51  (site)

Salut Mario,
... faut peut-être chercher dans les recettes de Grand-Mère !
... je rigole, mais il n'y a pas de quoi, c'est terrible de perdre la vue, enfin la moitié pour toi !
Ouf !
Bon, tr^ve de plaisanterie, je te souhaite un bon week-end
A+
Gégédu28

2. jakin  le 28-10-2016 à 12:08:38  (site)

Ma compagne vient de se faire opérer de la cataracte à l’œil gauche, avec un implant, tout c'est bien passé....

3. MarioB  le 28-10-2016 à 13:11:38  (site)

Jakin : Elle est chanceuse. Moi, je ne peux pas. Trop risqué.

Gégé : Merci, m'sieur le Beauceron !

4. Florentin  le 29-10-2016 à 18:24:52  (site)

Salut l'ami ! J'ai été opéré avec succès de la cataracte à l'oeil gauche il y a plusieurs années. Le 8 Novembre prochain ce sera au tout de mon oeil droit. On prend évidemment un risque, celui de toute intervention chirurgicale, mais j'ai confiance. Chez nous, l'opération de la cataracte est quelque chose de tout à fait courant. Bon dimanche à toi. Florentin

5. MarioB  le 29-10-2016 à 21:16:46  (site)

Oui, Florentin. C'est aussi quelque chose de courant, au Québec, sauf que pour moi, à cause de mon handicap aux yeux.

6. chocoreve  le 29-10-2016 à 21:27:18  (site)

Tu as raison il faut consulter. Les techniques évoluent vite, très vite. Ma fille s est faite opérer pour de la myopie, elle était dans un brouillard permanent. Aujourd'hui elle y voit, ne porte plus de lunettes, ni de lentilles. Tous les cas sont différents, et c'est pareil pour les diagnostics.
Bisous Mario

7. MarioBergeron  le 29-10-2016 à 23:59:06  (site)

Qui sait ? Merci pour ce commentaire aimable.

8. Maritxan  le 01-11-2016 à 15:24:56  (site)

Bonjour Mario,
J'espère sincèrement qu'ils vont trouver une solution pour améliorer ta vision.
@+
Maritxan

9. MarioB  le 01-11-2016 à 17:07:14  (site)

Moi aussi, mais, tu sais, je n'ai jamais vu tout à fait normalement...

10. Nikole-Krop  le 02-11-2016 à 13:04:36  (site)

Je compatis, sincèrement. Et pour le reste, j'espère en qqc de bien pour toi, ou du moins, moins mal.

11. MarioBergeron  le 02-11-2016 à 15:35:20  (site)

Nikole, ça ne fait pas mal. C'est simplement agaçant, dans certans cas. On vient de me dire que porter des verres fumés atténue ces impressions de brouillard.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article